Blog 14


Que s'est-il réellement passé, à Londres, le 24 juin 1717 ?


La Franc-Maçonnerie moderne, dite spéculative, n’est pas née à Londres le 24 juin 1717, comme d’aucuns l’ont si souvent affirmé. S’il ya eu un après, il y a eu également et surtout un avant. En ce jour de la Saint-Jean d’été, elle a seulement établi ses premières règles à l’usage des loges déjà existantes et des francs-maçons, ou plutôt comme l’événement se déroulait en Angleterre, des maçons libres et acceptés.

Qu’on en juge par la lecture du compte rendu qu’en a fait un témoin de bonne foi, savoir le révérend James Anderson :

La reine Anne mourut sans héritier, à Kensington, le 1er août 1714. Elle était le dernier souverain de la descendance du roi Charles Ier sur le trône d’Angleterre ; car les autres descendants, étant catholiques, avaient été écartés par un acte du parlement accordant la couronne aux héritiers protestants de sa sœur, Elisabeth Stuart, reine de Bo­hème, et de sa fille la princesse Sophie, électrice de Bruns­wick-Lunebourg ; celle-ci étant morte peu avant la reine Anne, son fils “L’Électeur” lui succéda ledit 1er août 1714.

Le roi Georges arriva à Londres, dans la plus gran­de ma­gni­ficence, le 20 septembre 1714, après qu’ait pris fin la rébellion. En l’année 1716, les quelques Loges de Londres [encore en activité], se considérant abandonnées par Sir Christopher Wren [supposé grand maître depuis le grand incendie de 1666], manifestèrent l’intention de constituer, sous la protection d’un Grand Maître, un centre d’union et d’harmonie. 


Dans ce but, ces Loges,

• At the Goose and Gridiron - A l’Oie et au Gril, dans la cour de Saint-Paul,

• At the Crown - A la Couronne, dans Parker’s Lane, près de Drury-Lane,

• At the Apple-Tree Tavern - A la taverne du Pommier, dans Char­­les-Street, à Covent-Garden,

• At the Rummer and Grapes Tavern - A la taverne de la Coupe et des Raisins, dans Channel-Row, à Westminster,

Se réunirent avec quelques Frères anciens au dit « Pom­mier »; et ayant donné la présidence au plus âgé Maître Ma­çon, également Maître d’une Loge, elles se constituèrent en Grande Loge pro tempore [temporaire], en la forme accoutumée. Elles décidèrent de ressusciter la Communication trimestrielle des Officiers des Loges, de tenir l’as­sem­blée et la fête annuelles, et de choisir alors un Grand Maître en leur sein, en attendant d’avoir l’honneur de placer un Frère noble à leur tête.

En conséquence, le jour de la Saint-Jean Baptiste, dans la troisième année du règne de Georges Ier, soit en 1717, l’assemblée et la fête des Maçons libres et acceptés furent tenues à la susdite taverne de l’Oie et du Gril. Avant le dîner, le doyen des Maîtres Maçons et Maître de Loge, étant en chaire, proposa une liste de candidats convenables ; 

Et les frères, par un vote à main levée, élurent M. An­thony Sa­yer, gentilhomme, Grand Maî­­tre des Ma­çons, lequel immédiatement revêtu des in­si­gnes de sa charge par ledit doyen, et installé [dans ses fonctions], fut congratulé par l’assemblée qui lui rendit hom­mage. 

Mr Jacob Lamball, char­pen­tier, et le ca­pi­taine Joseph El­liot [furent nommés] Grands Sur­­veillants. 

Le Grand Maître Sayer ordonna aux Maîtres et aux Surveil­lants des Loges de se réunir chaque trimestre « en communicationo» au lieu dé­signé sur les convocations envoyées par le Tuileur. 


Pour conclure, il est loisible de constater que le 24 juin 1717 des loges maçonniques londoniennes, dont on ignore depuis quand elles étaient en activité, se sont assemblées pour festoyer et élirent un grand maître ; en aucune façon, il n’y a eu ce jour là la naissance, de façon spontanée, d’une nouvelle institution.

– Pour plus d’information : The New Book of Constitutions of the Antient and Honourable Fraternity of Free and Accepted Masons, containing their History, Charges, Regulations, &c. (James Anderson, 1738).


© Guy Chassagnard - Tous droits réservés - guy@chassagnard.net

©  Guy  Chassagnard  2016